Travailler le dimanche, quel audace…

En feuillant le Courrier International de cette semaine, je suis tombé sur l’excellent papier du Financial Times sur le paradoxe très français de ne pas travailler le dimanche. Vaste débat dans un pays ancré derrière le voile sépia de Tati, sur les luttes sociales et sur le coté sacré du repos hebdomadaire, renforcé par les dogmes cléricaux.
Quel pays aujourd’hui qui se veut moderne peut faire l’impasse sur une journée quand déja la semaine n’en compte pas assez et que les jours ne sont jamais assez long pour faire tout ce qui nous plait ? Le dimanche doit être laissé à tous comme un jour normal ou l’on pourrait sans coup férir, faire ses courses, profiter de notre temps libre pour consommer sans avoir la montre braqué sur la tempe et la foule des samedi à supporter. Certes on nous opposera des veilleités fortes concernant la vie de famille dissolue, le temps de se retrouver autour d’une bonne table ou que sais je encore…
Mais est il normal que à Paris, seul la fripe du Marais, un trottoir des champs et quelques zones soit commerçantes ? Ne serait il pas plus simple de tout laisser ouvert, d’arrêter de tout régenter en faisant des lois dépassées et de laisser les commerçants et les consommateurs s’entendre d’eux même pour surmonter une règlementation archaïque ? Comme l’exprime si justement le Financial Times : « Pourtant, en soutenant la France qui travaille, il aide la France qui consomme. »

Voir l’article dans Courrier International

Une réflexion au sujet de « Travailler le dimanche, quel audace… »

  1. Montana C

    Je trouve cet article totalement déplace. Je ne pense absolument pas qu’il faille « arrêter de tout régenter », là n’est pas la question, et je vois encore moins ce que l’église vient faire ici.

    Il s’agit simplement d’imposer un jour « off », un jour sans, un jour qui se veut détaché de toute notion de profit, un jour gratuit, une respiration salutaire.

    Nous éviterons ainsi que des salariés travaillent le dimanche sans être mieux rémunérés qu’un autre jour, comme c’est le cas aujourd’hui pour une grande partie de ceux qui travaillent le dimanche avec la nouvelle réglementation…

    « La France qui travaille, la France qui consomme » doit aussi être protégée dans son aspiration toute naturelle à se reposer, à réfléchir, à prendre du repos, bref à être aussi dans la réflexion et pas toujours dans l’action.

    Pour finir, laissez-moi juste vous proposer de prendre une partie de votre prochain dimanche pour réfléchir un tant soit peu à la notion de jachère, naguère utilisée pour rendre les terres bien plus fertiles et éviter ainsi de les épuiser.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s