Guinée, silence on viole sous coke


Dadis, premier prince de la coke en stock africaine, cette cocaine si brute enrichissant une clique de gradés dégénérés, fait parler de lui de manière peu élégante. Alors que dernièrement une amie séjournait au Novotel de Conakry pendant que les premieres balles sifflait et que l’orage commençait à gronder, Dadis continuait de jouer avec la poudre pendant que ses enfants terribles allaient commettre le pire. En France, on prèfère les grands mots, les rotomontades bidons et la presse relait docilement les laconiques communiqués de l’AFP.

Cependant, Courrier International offre un volumineux dossier et des articles bien incisifs sur le sujet ou l’on s’aperçoit chronologiquement que Dadis ne lachera jamais le pouvoir, trop heureux de limer ses dents blanches à la cocaine qui gangrène l’un des états les plus corompu, pauvre et hors de contrôle de l’afrique de l’Ouest.

Massacre du 28 Septembre, que s’est t’il passé ?
Retour sur un coup d’état et sur la genèse du massacre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s