Solaire

Solaire, voila un joli mot qui claque comme un vent d’harmattan bien chaud et doux. Fou comme le corps humain, petite machine savante s’habitue avec nonchalance et brio aux températures extrêmes. Au début, vous suez, vous palissez, vous devenez un vieux bouddha ronchon et la moindre chaleur est oppressante.

Puis le temps passant, les mojitos aidant, surement, l’impression de vivre dans un four en continu avec des pointes de fraicheur passe, vous voila désormais plus marocain que français. Vous avez passé avec succès l’étape 1, bravo. Vous pouvez avancer en case 2.

La case 2 c’est adopter le dicton célèbre, « ceux qui sont trop pressés sont déja mort ». Vous voila rentrant dans la torpeur moite des jours et des nuits d’été, trainant votre être comme une ombre, le long des rues de casanegra, cherchant le peu d’ombre d’un olivier pour y picorer quelques zitounes, la vie se déroule tout au long, loin du rythme de Paris, Calvi, Almareto, spots d’été qui furent de la tradition.

On y apprends une nonchalance, douce, presque coupable, qui vous apporte cette serenité absoluement parfaite, détaché du monde, coupé des infos, des crack junkies des médias sociaux. Juste le bruit du sable qui crisse sur le blanc du papier, pendant que vos yeux font les poches pour accrocher les lignes qui vous bercent au son du resac de l’ocean

Et comme chaque week end ca recommence et cela durant 4 mois, ah dieu comme c’est bon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s