Ames damnées

Les nuits marocaines que l’on présente souvent aux touristes comme le trip absolu, sous la lune et les étoiles, ne sont en réalité que des moments tarifés en compagnie d’un mauvais gin, d’un dj boiteux et d’un cadre aseptisé pour schizophrène en recherche d’une âme pas encore damnée…
Combien de nuits, combien d’ivresses douce dans de mornes endroits ou l’étincelle de la folie a disparue, ou le conformisme et la bien-pensance ont pris le dessus au mépris de la fête, de la folie, de la douce alchimie des artifices ?

Tout ces gens se regardent, se jaugent, se méprisent en chien de faïence engoncées dans leurs certitudes et dans leur apparences enkystées dans les logos et les apparats, un vrai tableau baroque du kitsch et du grotesque à qui jouera à plus riche que soit, plus snob que cela.

Cependant dans ce sombre tableau, il y a parfois au détour d’une hanche et d’une courbe virevoltant au son de la darbouka ou de je ne sais quel beat plus suave qu’un autre une étincelle qui peut apparaitre. Une âme encore libre et riche de sens qui chercherait à fuir les faux semblants et les peines à jouir qui ont colonisé les lieux comme une mauvaise herbe. Ces âmes ne sont hélas que trop rares dans ce monde mais elles résistent encore tant bien que mal et rendent les jours plus doux, plus sereins, plus vivant…

Le Maroc est cela, une schizophrénie douce qui rend les nuits et les jours plus légers, au risque de s’y perde soit même pour mieux se retrouver dans une autre rive ou ailleurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s