Passagers clandestins

Dans toute homeostase de la famille, dans ces cercles vertueux et nucléaires, dans ces monotonies des années s’enfilant comme les perles de l’ennui, il y a toujours un passager clandestin. Ame clandestine se glissant dans la torpeur et le sillage des jours ou les langueurs de l’angoisse du lendemain s’étire. Passager clandestin réveillant les ardeurs d’avant, les joies des premiers émois, les éclats de rire dès premiers amours.

Tout reste banal, puis dans une folie commune, tout bascule, tout devient palpitant, clandestin, fort, prenant, risqué et joyeux. Emois retrouvés, palpitations et noeud au ventre, tempes qui bourdonnent dans l’attente des jours, d’un message, d’un sourire, d’une photo, d’un instant volé. Instant précieux et délicieux où chacun joue avec les nerfs de l’autre, pour réveiller son indicible torpeur et faire naître un nouveau bouquet de nerf, transcendant les clivages, les tabous, les blasphèmes.

Voilà que la passion renait, que les interdits ont basculé dans une symphonie brouillone et sauvageonne ou les ardeurs, les parfumes capiteux et les joutes interdites sont devenues une nouvelle façon de reprendre une liberté dans ces cages dorées ou l’on étouffe les libertés les plus primaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s