Indecence

Il y a des impressions délicieuses, la chaleur vient de tomber, lourde et poisseuse, la poussière colle à votre peau, comme l’indécence d’un pays à la croisée des chemins, ou tout se côtoie, se fréquente, se mélange sans heurts dans une cacophonie si casablancaise. Encore hier, les jours et les nuits ne se ressemblent pas, pas plus loin qu’hier les faucons jouaient au dentiste avec un voleur qui a eu la malchance de se faire prendre, tandis qu’indifférente, féline et suave, une charmante fille de bonne famille, dans un style si parisien, staburcks en main, mini short sur ses courbes graciles, ipod a fond sur les oreilles arpentait le bitume à la recherche d’un taxi.

Opulence des uns, misère de la condition humaine de l’autre. Sans parler des nuits, de nos nuits, de ces envies, de ces sons, de ces clins d’oeils, ou les mojitos frappés sous 40° font crisser les dents et dilatent nos papilles et pupilles pour le plaisir de chacun, plaisir des yeux, de la chair, des sonorités douces, mélange d’orient et d’occident. Doucement, la vie avance, chaque jour est une nouvelle surprise, une rencontre, un recommencement, qui nous rend plus souple face à tout les petits hasards de la vie qui en font le sel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s