Rewind

J’aurais pu continuer à narrer ce voyage extatique des sens et des reminescences au Vietnam, mais non, passons, la  vie s’est étirée, étiolée et mes sens réclament des nouvelles encres, plus acides et marquantes que jamais. Après tout, petits êtres que nous sommes, à compter nos vies, en lifestreaming, essayant de donner un sens, sens qui ne vient jamais, préférant nous laisser aller à des nouvelles variantes, plus brutes et éthérées comme jamais.
L’hiver froid et humide Casablancais s’en est allé, nous pouvons désormais peler nos couches vestimentaires,  haler notre peau comme bon nous semble, laissant le soleil caresser de façon moelleuse notre peau blanchie par les froidures des nuits bleues et granulées. Un nouveau chapitre du dernier été avant le cap de la trentaine, qui sonnera le glas des années vingt. 10 ans qui ont passé si vite, si fortes et si intense, impossible à résumer, hormis un bouillon des sens et des alchimies, où on l’a essayé de surnager à contre courant de l’apathie ambiante.
Plus la France se fait loin, plus l’horizon s’éclaircit, plus l’enracinement dans la nouvelle vie prend forme, plongeant les rhizomes dans ce stupre ambiant, subculture informe et sculpturale de l’être cherchant sa voie entre deux rives.

3 ans ont passé, 30 ans vont sonner, il est temps désormais…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s